Couv_148

Pour certains, ce n’est que du vandalisme. Pour d’autres, il s’agit de la forme d’art la plus libre… Le graffiti n’est pas facile à cerner. Pour son numéro d’été, DADA vous donne les repères essentiels sur la naissance, l’histoire, les styles et l’évolution du graffiti aujourd’hui. Un numéro original réalisé en partenariat avec la Fondation Cartier, à l'occasion de l'exposition "Né dans la rue - Graffiti".

Dada148_p10_11

Une première partie retrace l’historique du graffiti, avec ses origines antiques (on en trouve à Pompéi), mais surtout avec les grandes étapes de son développement à partir des années 1960 aux États-Unis. Les premiers writers (Cornbread, Cool Earl, Taki 183...), les superbes photos et livres de Martha Cooper et Henry Chalfant, l'arrivée du mouvement en Europe et en France (Bando) et son renouveau aujourd'hui en Amérique du Sud (Os Gemeos) : vous saurez tout des moments essentiels du mouvement graffiti.

Dada148_p20_21

Puis DADA entre au coeur de l’action, avec un zoom sur les techniques, le vocabulaire et les différents styles de graff. Le graffeur français Vision détaille même les étapes de l'élaboration d'un graff. Et Seen, l'un des pionniers américains, le "godfather of graffiti", nous a accordé une interview dans laquelle il nous raconte la naissance du graffiti au début des années 1970 à New York.

Dada148_p24_25

La dernière partie se concentre sur le rapport entre le graffiti et le monde de l’art, avec les œuvres de Basquiat, Keith Haring et les expérimentations d'autres artistes d'aujourd'hui influencés par le graffiti (comme Swoon, Barry McGee). Et pour clore le dossier, DADA évoque l’arrivée des graffeurs en galeries et le renouveau du genre via des artistes comme Nunca, Mist ou Evan Roth.

Dada148_illu_Nesta_1

Les illustrations de ce DADA ont été réalisée par Nesta, qui participe également à notre tour du monde des musées en nous proposant sa vision de la Tate Modern à Londres.

En librairies dès aujourd'hui ! Quoi qu'on pense du graffiti, ce DADA souhaite donner les moyens d'y penser vraiment. Après, à vous de voir : le débat est à lancer ci-dessous...